Effectivement, je reçois quelques jours après dans ma boîte aux lettres une convocation de la Police aux Frontières pour me présenter au Centre de Rétention (!!!!!!) le plus proche.

Le 08/04/19, à 9h, je m'y présente comme prévu.

L'audition dure 4h. C'est long. Les questions sont similaires à celles de la première audition bien que des points supplémentaires soient appuyés :

- Nous sommes nous déjà mariés religieusement/traditionnellement?

Nous avons soutenu que non, je n'ai pas bien compris pourquoi mais je crois que c'est illégal de le faire avant réception du CCAM.

- M'a t'on offert qqch en échange du mariage, comme une voiture ou un cadeau de luxe?

- Quel est mon sentiment vis à vis de la religion (musulmane) de mon fiancé?

- M'a t'il déjà contrainte à porter un foulard cachant mes cheveux? A faire les prières?

- Suis-je déjà entrée dans des lieux de cultes? Lesquels? A quelle occasion?

- Le rapport de mes parents à la religion? (je suis assez jeune, j'ai 21 ans et mon mari 24 ans, nous sommes assez infantilisés)

- Pourquoi la rapidité de notre mariage?

- Pourquoi une envie de mariage?

- Son rapport à la France, ses contacts français...

- Avons nous des rapports sexuels? Malgré le "non mariage" religieux? Comment le justifier puisqu'il est croyant et pratiquant?

- A quand remonte le dernier?

......

 

J'avais apporté avec moi des photos, qui ont servi au dossier, ainsi que notre contrat de location à nos deux noms en France. Mon téléphone dans lequel figure tous nos échanges whatsapp. Aucun message n'a été écouté ni lu, la policière a seulement constaté les inombrables messages, les émoticones, les photos, vidéos quand je faisais glisser l'écran de conversation de mon téléphone. Elle a noté "vérifié et correct" dans mon rapport. J'ai aussi apporté les captures d'écran des échanges entre ma mère et mon amoureux.

J'ai du apporter tous mes relevés banquaires depuis notre rencontre, parler du compte commun que nous avons ouvert au Sénégal.

Mon passeport et ses tampons d'entrée/sortie de territoire ont aussi servi de preuve à mon discours.

 

Dans la journée, ont été contactés mes parents, la soeur de mon futur époux qui réside en France, une amie en commun qui l'a déjà rencontré au Sénégal (mon futur époux n'est jamais venu en Europe).

Les auditions de nos proches se sont déroulées dans les jours à venir. Iels ont du se déplacer au centre de rétention.

Le but était de vérifier mes paroles, la cohérence de nos propos, la cohérence dans les dates/périodes : notre rencontre, quand ai je parlé de lui à mes parents, quand ai je parlé de mariage, leur réaction, ai je changé depuis mon retour du sénégal (influencée, manipulée?), ai je déjà eu des relations sérieuses dans ma vie?, me décrire, décrire mon futur époux, mes proches sont iels en contact avec lui? ... leurs auditions ont duré 1h30 chacun.e

 

J'ai écris une lettre au procureur de la République, se sont joint.es à moi des collègues, ami.es, proches... comme témoignages de notre amour, de notre relation.